Menu
Tablet menu
A+ A A-

LA REINE DES CIEUX

LA REINE DES CIEUX

Le 11 octobre 1954 le Pape Pie XII a proclamé l'Assomption corporelle de Marie en tant que dogme officiel de l'Église Catholique Romaine, devant être reconnu comme tel par tous les fidèles.

L'attention du monde fut attirée de la manière la plus spectaculaire sur cette déclaration au grand Congrès de Marie à Ottowa (Canada), en 1947. La figure centrale du congrès consistait en une statue gigantesque de la Vierge, dressée sur un globe terrestre surmonté d'une tour. Elle parut également sous différentes formes: effigies de plâtre sur des flottilles, illuminées le soir par de grands feux d'artifice, la représentant comme la Reine des Cieux, environnée d'étoiles, la nouvelle lune sous ses pieds. Sous la représentation figurait cette inscription en latin : A Jésus par Marie! Ces quatre mots révèlent suffisamment ]a tendance moderne à exalter Marie comme médiatrice entre Dieu et l'homme.

Cette adoration de Marie fut confirmée par une bulle papale de Pie XII, à l'occasion de la fête de la maternité de Marie. C'est par l'encyclique "Ad Coeli Reginam (à la Reine des Cieux) , qu'il proclama la nouvelle fête universelle de la Royauté de Marie, devant être célébrée chaque année le 31 mai. Ce fut l'événement principal qui couronna l'année de Marie, se terminant le 8 décembre 1954.

Marie, dans les Saintes Ecritures

On ne trouve dans les Ecritures saintes, et même dans les écrits apocryphes, que peu de renseignements sur la personne de Marie. Jamais Jésus Lui-même n'a exalté sa mère publiquement, comme étant supérieure aux autres femmes. Quand elle le découvrit dans le temple, à l'âge de douze ans, Il la réprimanda doucement pour son anxiété en disant :

Pourquoi me cherchiez-vous? Ne saviez- vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon Père? Évangile de Luc, ch. 2, v. 49.

Aux noces de Cana, lorsque Marie crut devoir informer Jésus du fait que le vin allait manquer, il répondit :

Femme. qu'y a-t-il entre moi et toi ? Mon heure n'est pas encore venue. Évangile de Jean, ch. 2, v. 4.

En une autre occasion, lorsqu'une femme dans la foule s'écria:

"Heureux le sein qui t'a porté! heureuses les mamelles qui t'ont allaité! Il répondit :Heureux plutôt ceux celui écoutent la parole de Dieu. et qui la gardent! "Évangile de Luc, ch. 11, v. 27

"On lui dit : Ta mère et tes frères sont dehors, et ils désirent te voir. Mais il répondit : ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique.

Évangile de Luc, ch. 8, v. 20-21

Enfin la dernière allusion à Marie dans l'Évangile est faite lors de l'agonie de Jésus sur la Croix. Il remit à Son disciple bien-aimé, Jean, le soin de Sa mère par ces paroles: "Femme, voilà ton fils". En lui donnant ce titre de femme Jésus rappelait l'humanité de Marie. Elle ne fut que l'instrument humain dans l'Incarnation, par laquelle

Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant. à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché.

Romains, ch. 8, v. 3

Selon les termes de la première alliance de Dieu avec l'homme, il lui fut annoncé :

Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon. Genèse, ch. 3, V. 15

S'il était vrai que Marie fut immaculée la Parole de Dieu ne dirait pas que Jésus fut "dans une chair semblable à celle du péché . (Epître aux Romains ch. 8 V.3). C'est le fait même de cette humanité pécheresse de Sa mère qui donne à l'expiation du Christ incarné, toute son efficacité en faveur des pécheurs. Mais le fait que Jésus a partagé notre humanité n'implique évidemment pas qu'Il eut Lui-même une nature déchue.

La Mère de Dieu

Cette exaltation de Marie par l'Église Romaine s'est opérée graduellement, en cinq phases successives.

Pendant les trois premiers siècles de la chrétienté, il ne fut aucunement question d'un culte à Marie. Cette tendance prit naissance tout d'abord lorsque, dans la branche orientale de l'Église, à Alexandrie, il lui fut donné le titre de Mère de Dieu", au troisième siècle.

Au quatrième siècle cette appellation se fit plus populaire, bien que non reconnue par tous et même condamnée par Nestorius, le patriarche de Constantinople, au cours du 5ème siècle.

Or, appeler Marie la mère de Dieu est un défi à la simple raison comme à la révélation. Puisque Dieu est Esprit et qu'Il est éternel, comment pourrait-Il avoir une mère ?

Marie n'était que la mère de Jésus dans Son humanité, le sein dans lequel le Christ incarné a été formé.

C'est pourquoi Christ, entrant dans le monde dit: Tu n'as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m'as formé un corps."

Hébreux, ch. 10, v. 5

C'est dans ce corps que Dieu le Fils a pris sur Lui notre humanité, afin de porter nos péchés dans Son corps naturel, en tant que Dieu-Homme, sur le bois de la Croix. C'est un honneur bien suffisant pour Marie d'avoir été choisie pour être la mère de Jésus, mais la nommer Mère de Dieu est un blasphème."Virginité perpétuelle

Le second pas consiste dans la doctrine de la virginité perpétuelle. Cette innovation, d'ailleurs, est d'origine non catholique, ayant fait son apparition tout d'abord dans un ouvrage du 2ème siècle qui fut proscrit par l'Église dans un des plus anciens index librorum prohibitorum (liste des livres prohibés) du pape de l'époque. Cette doctrine ne fut jamais enseignée lors des trois premiers siècles. Les premiers Pères de l'Église, Tertullian et Origène croyaient tous deux au mariage normal de Marie après la naissance de Jésus, et l'allusion à ses autres enfants prouve suffisamment son humanité:

N'est-ce pas le fils du charpentier ? N'est-ce pas Marie qui est sa mère ? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères ? Et ses soeurs ne sont-elles pas toutes parmi nous? ".

Évangile de Matthieu, ch. 13, v. 55-56

Ce fut d'ailleurs l'argument employé pour combattre la doctrine appelée Docétisme, laquelle niait l'humanité de Jésus, le mettant au rang d'un pur fantôme. Le premier propagateur de la doctrine de la virginité perpétuelle de Marie fut Jérôme, dans un pamphlet intitulé Toujours Vierge , écrit en l'an 387. Elle fut confirmée comme partie essentielle du dogme catholique par le Concile de Chalcédoine, en l'an 451 de notre ère.

Le troisième pas fut la doctrine de l'Immaculée Conception, impliquant l'absence chez Marie du péché originel, dogme totalement inconnu de l'Église primitive. Augustin lui-même affirmait que Marie était née dans le péché originel comme tout le monde, et bien plus tard, un Père de l'Église, Anselme, déclara de même qu'elle fut engendrée et mise au monde dans le péché. Encore au 12ème siècle, ceux qui cherchèrent à instituer une fête spéciale en l'honneur de l'Immaculée Conception rencontrèrent l'opposition de Bernard. Cette doctrine continua à se répandre malgré cela, bien qu'elle ne reçut son approbation officielle par l'Église Romaine qu'en 1854, le 8 décembre, date à laquelle parut la bulle papale intitulée " Ineffabilis Deus .

Le quatrième pas fut franchi avec l'introduction de la nouvelle doctrine de l'Assomption de Marie au Ciel, laquelle avait son origine dans certaines sources apocryphes. Mais ce n'est qu'au septième siècle que la fête dite de l'Assomption commença à être mentionnée. Cette doctrine proclame et cela sans la moindre preuve raisonnable à l'appui que peu après sa mort, Marie fut enlevée au Ciel corporellement, après avoir passé par la, résurrection. La célébration de cette fête n'est devenue officielle qu'au 8ème siècle, suivie de celle la la nativité au 9ème et de sa présentation en l'an mille.

La raison alléguée dans le catéchisme pour justifier cette croyance en l'Assomption de Marie, c'est que Dieu a voulu préserver de la corruption ce corps dans lequel Jésus-Christ a reçu Sa nature humaine . Cette raison est une pure fantaisie, sans aucune confirmation des Écritures ni même des écrits apocryphes. Il est pour le moins étrange, en effet, que si "peu après sa mort" le corps de Marie avait été ressuscité, un tel événement n'ait été connu que huit siècles plus tard !

"La Reine des Cieux"

L'apogée de cette exaltation de Marie devait être atteint lorsque lui fut conféré le titre de Reine des Cieux . Or, ce titre est nettement païen, comme nous le voyons dans l'Ancien Testament :

"Les enfants ramassent du bois, les pères allument le feu, et les femmes pétrissent la pâte, pour préparer des gâteaux à la reine du ciel, et pour faire des libations à d'autres dieux afin de m'irriter. Est-ce moi qu'ils irritent, dit l'Éternel; n'est-ce pas eux-mêmes à leur propre confusion Jérémie, ch. 7. v. 18.

Il se rapporte à une déité phénicienne, Astarté, appelée aussi "l'abomination des Sidoniens". Cette même divinité féminine réapparaît dans d'autres nations païennes, comme la Semiramis des Babyloniens, Astarté Assyrienne, l'Isis des Egyptiens, l'Aphrodite des Grecs, le Venus des Romains. Chacune des déesses sus mentionnées était adorée comme la Reine des Cieux .

On les retrouve tout naturellement dans les religions païennes, une religion purement humaine ne pouvant se créer que des dieux faits à sa propre dimension. Le Christianisme, bien au contraire, est basé sur une révélation divine, ayant sa source d'En Haut et non d'en bas.

C'est en cela qu'il diffère de toutes les religions de ce monde, ayant comme fondement de sa foi la Trinité, ou Dieu manifesté en trois Personnes : le Père, le Fils et le Saint Esprit. Les noms donnés dans les Écritures à ces trois Personnes divines sont tous du masculin. Aussi cette idée païenne d'une "Reine des Cieux" est-elle un sacrilège extrême, et le culte offert à Marie, en tant que médiatrice entre l'homme et Dieu est la pire forme d'idolâtrie. Oser affirmer que l'unique moyen de parvenir à Dieu est de passer par Marie, est une contradiction flagrante aux préceptes de Jésus qui a déclaré positivement à Ses disciples:

"Nul ne vient au Père que par moi." Évangile de Jean, ch. 14, v. 6.

Pendant les jours de sa chair, tous avaient un libre accès auprès du Sauveur. Il a dit Lui-même:

"Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés et je vous donnerai du repos. " Évangile de Matthieu, ch. 11, v. 29.

"Je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi.

Évangile de Jean, ch 6 v. 37.

Il dit encore :

"Voici, je me tiens à la porte. et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. Apocalypse, ch. 3, v. 20.

Nul n'était trop humble ou trop dépravé pour obtenir Son attention personnelle. Il touchait les lépreux considérés par les hommes comme des intouchables . Il s'entretint avec la femme Samaritaine au bords du puits, comme aussi avec celle prise en flagrant délit d'adultère. Le résumé de tout Son enseignement est contenu dans ces paroles : "Demeurez en moi . Jamais aucune allusion n'est faite à la nécessité d'un intermédiaire quelconque entre le pécheur et Christ.

Comment nous devons prier

De plus, quand les disciples vinrent à Jésus pour lui demander de leur apprendre à prier, Il leur apprit à dire:

Notre Père qui es aux Cieux . Ainsi Jésus Lui-même affirme clairement que c'est à Dieu seul que doit s'adresser la prière. Avant l'Incarnation, les hommes priaient directement l'Éternel, comme Moïse, David et Elie ont prié. Après le Calvaire, un accès plus parfait auprès de Dieu nous fut acquis à travers l'oeuvre rédemptrice accomplie à la Croix, Jésus explique à Ses disciples ce nouveau fondement de la prière quand Il dit :

"En ce jour là, vous ne m'interrogerez plus sur rien. En vérité, en vérité. je vous le dis, ce que vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon nom

Évangile de Jean, ch. 16, v. 23.

Voici donc l'enseignement du Seigneur Jésus sur la prière :

Ce n'est pas à Lui que nous devons adresser nos requêtes, mais bien à Dieu, le Père au Nom du Christ.

"Ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera."

Évangile de Jean, ch. 15, v.16.

Il en résulte donc que s'adresser à Marie pour qu'elle intercède auprès de Christ est doublement en contradiction avec Son enseignement car: 1° la prière doit être adressée à Dieu seul, et 2° elle n'est agréable à Dieu qu'en tant qu'elle est offerte dans le Nom de Jésus, par la foi en Son Sang rédempteur.

"Par LUI, offrons sans à Dieu un sacrifice de louange...

Hébreux, ch. 13, v. 15.

"Car il y a un seul Dieu. et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme.

1 Timothée, ch 2, v. 5.

Prier Marie d'intercéder auprès de Jésus pour nous est un péché grave contre le Saint Esprit. C'est Dieu seul qui entend et qui exauce la prière.

Le seul accès

Il n'existe qu'un seul chemin conduisant au Sanctuaire :

"Puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu'il a inauguré pour nous... approchons-nous donc avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi"

Hébreux, ch. 10, v. 19-22.

C'est Christ seul qui a inauguré par Sa mort et par Sa résurrection cette "route nouvelle et vivante qui mène au Sanctuaire céleste. Il a dit de Lui-même: "Je suis le chemin .

Dieu le Père a dit de Lui :

"Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection : écoutez-le.

Évangile de Matthieu, ch. 17, v.5

 

Prev Next
Giuseppe Longo (ex-témoins de Jéhovah)

Giuseppe Longo (ex-témoins de Jéhovah)

Je suis né et ai grandi au sein d'une famille de témoins de Jéhovah .En 1975,alors que j'avais un an, ma mère a commencé à suivre des études avec les...

11-11-2014 Hits:1487 Témoignages Samuel Soccio - avatar Samuel Soccio

Read more
Témoignage de Pina

Témoignage de Pina

J’ai grandi en Italie dans une famille catholique. Nous n’étions pas riches, mais nous étions entourés d’amour et nous savions nous contenter du nécessaire. Puis, je suis allée habiter en Suisse...

11-11-2015 Hits:621 Témoignages Samuel Soccio - avatar Samuel Soccio

Read more
Mauro Riontine

Mauro Riontine

Depuis mon enfance j'étais intéressé par la musique et le chant.C'était ma seule raison de vivre.J'espérais connaître un jour la gloire et le succès.Je suis né dans une famille catholique...

25-12-2014 Hits:828 Témoignages Samuel Soccio - avatar Samuel Soccio

Read more
David Soccio

David Soccio

Mes parents sont originaires de San Nicandro Garganico, un village de la province de Foggia dans les Pouilles. Ils quittèrent  l'Italie parce qu'il n'y  avait pas de travail, ce qui...

14-02-2014 Hits:1694 Témoignages Samuel Soccio - avatar Samuel Soccio

Read more
Tchang Kai Chek (Jiang Jieshi)

Tchang Kai Chek (Jiang Jieshi)

Tchang était né et avait grandi dans un modeste foyer d'agriculteurs d'un petit village chinois. Très jeune, il perdit son père et fut élevé par sa mère, une fervente bouddhiste...

18-02-2014 Hits:939 Témoignages Samuel Soccio - avatar Samuel Soccio

Read more
Témoignage de Salem

Témoignage de Salem

Je m'appelle Salem Mokrani je suis né en Kabylie (Algérie) en 1963 et depuis très jeune j'ai grandi dans le religion islamique, j'ai étudié à (Zaouïa) dans une école islamique , je...

30-09-2014 Hits:1382 Témoignages Samuel Soccio - avatar Samuel Soccio

Read more
Nicola Legrottaglie

Nicola Legrottaglie

  Je suis né à Gioia del Colle dans les Pouilles, le 20 octobre  1976,  et  j'ai  grandi  à  la  maison  dans  une  ambiance  de  foot. Mon père était un de...

16-02-2014 Hits:921 Témoignages Samuel Soccio - avatar Samuel Soccio

Read more
Ruben Lafuente

Ruben Lafuente

18-11-2014 Hits:854 Témoignages Samuel Soccio - avatar Samuel Soccio

Read more
Ricardo Kaká

Ricardo Kaká

  Ricardo Izecson dos Santos Leite dit "Kaká" est un footballeur brésilien né le 22 avril 1982 à Brasilia. Quand il était encore tout petit, sa famille est allée vivre à...

17-02-2014 Hits:1072 Témoignages Samuel Soccio - avatar Samuel Soccio

Read more

Nouveauté

Soldat ou vacancier

Soldat ou vacancier

15-07-2017 Hits:317 Reflexions Samuel Soccio - avatar Samuel Soccio

This website uses cookies to manage authentication, navigation, and other functions. By using our website, you agree that we can place these types of cookies on your device.

View e-Privacy Directive Documents

You have declined cookies. This decision can be reversed.

You have allowed cookies to be placed on your computer. This decision can be reversed.

Style I Style II Style III